[convention] nommage des machines dans un inventaire

Discussions autour des problématiques d'administration système
Post Reply
-W.-
Posts: 121
Joined: Sun Mar 22, 2020 5:26 pm
Location: Allier

[convention] nommage des machines dans un inventaire

Post by -W.- »

Bonjour,

Je lance dans ce thread un sujet récurrent de discussion chez tout gestionnaires de parc, les conventions de nommage des machines :) La discussion sera longue, passionnante :idea: et passionnée je n'en doute pas :) Il n'existe à coup sur aucune solution miracle, mais nous avons sûrement tous des bonnes recettes à partager sans pour autant réinventer LDAP ou la classification phylogénétique :roll:

Comme c'est un travail dans lequel je me replonge depuis peu puisque je reprend le déploiement de toute mon infra suite à mon déménagement, je partage l'état de mes réflexion et vous invite à vous joindre à la réflexion.

Un équipement ou une machine dans mon inventaire est désigné par le terme générique node ou nœud dans la langue de Molière. Ce terme est repris de la littérature abondante sur le sujet et s'applique aussi bien aux équipements physiques que virtuels.

Un nœud peut donc être de différente nature, et avoir des fonctions radicalement différentes dans l'infrastructure, et parfois comme nous le verrons, redondées ou en multiples instances.

Le nom d'un nœud est composé de trois champ séparés par le signe moins AKA le tiret du six :P, et cette fois n'a heureusement pas de contrainte forte sur la longueur (si 256 caractères max, mais cela devrait suffire pour tout le monde comme dirait quelqu'un de connu :lol: ).
  • Premier champ sur 3 caractères : la nature du noeud
  • Deuxième champ sur xx caractères: en cours de rédaction
  • Troisième champ sur xxx caractères: en cours de rédaction
La nature du nœud
  • hn : hardware node (parfois appelé bare metal ou hard node)
  • vm : virtual machine (quelle que soit la technologie de virtualisation)
  • xen : hyperviseur xen
  • lxc : hyperviseur lxc
  • hv : autres hyperviseurs tels que VMWare ou VirtualBox
la suite et les premiers exemples plus tard dans la journée, le débat est lancé :ugeek:

@+W.
jeanmarc
Posts: 130
Joined: Sun Mar 22, 2020 5:28 pm
Location: Essonne

Re: [convention] nommage des machines dans un inventaire

Post by jeanmarc »

Bonjour,

Suite à réception de nouvelles SBC de mon côté (à savoir nanopi R4S et nanopi NEO3, je vais donc reprendre l'ensemble de mon inventaire en conformité avec ta proposition, que je complète ici.

Au-delà du premier champ qui me va bien, je propose d'utiliser pour le second champ dans le cas ou le premier est de type SBC, soit donc avec le préfix hn- un champ identifiant le nom commercial de la SBC et/ou de la carte utilisée. Cette stratégie me semble intéressante puisque c'est qui est a priori utilisé dans les u-boot et dans le kernel Linux.

Concernant le 3 em champ, sachant qu'il est possible de distinguer un parc d'équipements physiques de même nature (par exemple un cluster tel que celui de W. !), je propose d'utiliser 4 digits pour indiquer le numéro d'instance de l'objet, permettant de fait soit de gérer un parc de 9999 équipements, ce qui semble peu limité à ce jour (!), soit d'utiliser ces 4 digits pour gérer des sous réseaux et/ou sous systèmes et/ou virtualisation pour un même équipement physique.

Ainsi dans mon cas, en fonction du parc dont je dispose à ce jour sur cette plate-forme, j'utilise les numéros de 1000 à 2000 pour un site, et l'inventaire devient donc :

hn-nanopir4s-1000
hn-nanopineo2-1100
hn-nanopir1-1200
hn-nanopineo3-1300 et hn-nanopineo3-1400
hn-cubietruck-1500
hn-rock64-1600
hn-hc1-1700
hn-orangepir1-1800 et hn-orangepir1-1900

Enfin, dans l'hypothèse ou un hn-xxx-yyyy héberge une solution de virtualisation, il serait pertinent de garder le même suffixe (les 4 derniers digits) pour nommer la valeur numérique du container/VM sur le même équipement. Ceci permets bien entendu d'adresser dans une même expression régulière à la fois l'hyperviseur ou au contraire les containers/VM du même équipement.
Il ne reste plus que le champ xxx qui devient dans ce cas le rôle réel de la fonction à virtualiser.
Par exemple vm-buster-armhf-1900 indique qu'il s'agit d'une machine virtuelle hébergée par un équipement physique (ici une orangepir1-1900)

En cours de finalisation pour la fin de cette proposition
:D
Cordialement
Post Reply